Rotule pour trépied ou monopode

Dans le dernier article, je vous parlais des plateaux (plates) et des attaches (clamps). Maintenant, pour rendre l’installation de votre appareil photo fluide, il est nécessaire d’avoir une tête de trépied versatile. Dans d’autres articles,  je traitais de trépieds économiques qui présentent uniquement une tête orientable vers le bas ou le haut. À l’usage,  vous allez probablement souhaiter un peu plus de souplesse.

Il existe des têtes orientables sur 3 axes : horizontal, vertical et latérale. Ce type de têtes est généralement doté d’un bras qui  contrôle votre appareil photo en le bloquant dans l’axe souhaité, il suffit de visser le bras pour assurer la position. Cette tête est facile à utiliser. Elle est moins rapide, plus encombrante, mais certainement plus précise. Ce type de têtes est tout indiqué pour traiter des sujets fixes, comme dans la photographie d’art, le paysage, l’architecture, la pose longue, le portrait, la  nature morte en studio, la macrophotographie ou l’astrophotographie.

Il existe également la « rotule ball ». C’est une tête qui fonctionne sur billes et qui glisse jusqu’à souhaité lorsqu’on déverrouille le système de contrôle. Ce type de têtes est muni d’une encoche sur le côté pour permettre de basculer complètement l’appareil photo et ainsi passer rapidement d’un plan vertical à un plan horizontal. Elle possède également une petite manette pour barrer le tout bien en place. Son faible encombrement et sa facilité d’utilisation sont très intéressants. En général, elles ont deux molettes : une pour débloquer le mouvement panoramique à 360° et une autre qui débloque les mouvements rotatifs.  Il faut s’en servir avec douceur et surtout bien tenir la caméra pour ne pas qu’elle bascule. La rotule est idéale  en photos animalières, sportives et aussi  macro. Pour ma part, la rotule est la tête que j’utilise le plus souvent.

Il existe également une tête pendulaire, aussi appelée  gimballe, souvent utilisée avec un zoom et pour photographier les animaux et les oiseaux. J’ai déjà présenté un texte sur cette tête, vous pouvez lire le texte ici. Même si vous pouvez l’utiliser dans d’autre contexte, cette tête est surtout dédiée à la photo animalière, ou quand le sujet est en mouvement. La gimballe est  encombrante et massive mais très efficace avec de lourds téléobjectifs. Pour maximiser son utilisation il est intéressant  de trouver le point d’équilibre de chaque lentille pour éviter les basculements avant et arrière. La fluidité de cette tête permet de suivre le mouvement et de capter le sujet  en pleine action. Son désavantage est son prix et son poids. Même si elle n’est pas spécifiquement conçue pour les prises de vues fixes,  la gimballe fait un très bon travail lorsque bloquée. Donc, pour un photographe qui ne veut pas multiplier les têtes elle représente un bon choix.

Il existe également des têtes panoramiques qui ne permettent pas de faire basculer de haut en bas votre appareil, mais qui font une rotation latérale sur 360°. Ces têtes spécialisées  sont souvent dotées d’un minuteur, une façon sûre de planifier le temps de rotation. Comme son nom l’indique, la tête panoramique sert à faire un assemblage de clichés de scènes intérieures, de paysages, voire même du ciel!

Bref des têtes à en perdre la tête…

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s