La sauvegarde de vos photos


Sauvegarder vos photos demande peut-être un petit effort supplémentaire, mais cette précaution vous épargnera bien des ennuis par la suite. N’attendez pas! Vos photos pourraient disparaitre à la suite d’une fausse manipulation, d’un piratage de vos données, d’un vol, d’un virus ou même d’une panne de système. Souvenez-vous, il y a quelques années, la photographe sportive Johany Jutras et le photojournaliste Jacques Nadeau, se sont fait voler des dizaines de milliers de photos accumulées au fil des ans, un désastre. Peut-être ne gagnez vous pas votre vie avec vos photos, n’empêche que les fruits de votre passion méritent une attention particulière. Que ce soit par sentimentalisme ou parce que vos images racontent une histoire, il faut prendre des moyens et préserver ce patrimoine visuel. Les risques sont réels et anticiper le pire est judicieux.

Je vous conseille fortement de faire une sauvegarde sur un support autre que le disque dur de votre ordinateur. De toute façon, si la photo devient un passe-temps dévorant, votre disque dur sera rapidement saturé. D’ailleurs, prenez l’habitude de faire le ménage avant de sauvegarder. Faire le tri est fastidieux mais sans ce passage obligé, vous n’arriverez pas à restreindre le volume mémorisé sur les supports. Évitez aussi de mitrailler inutilement votre sujet. La tâche sera moins laborieuse. Prêt à sauvegarder? Voici des suggestions!671192_8863605
L’utilisation d’un disque dur externe est intéressante, d’autant plus que ce type de support est de plus en plus abordable. Vous pouvez même récupérer les disques internes de vos vieux ordinateurs et les placer dans un caisson conçu à cette fin pour en faire des disques portatifs. Sachez cependant que les disques durs sont mécaniques et qu’ils peuvent donc se briser.

zzZqlwzgg-adPEhNWtx5Sdv6cQM

De plus, s’ils sont à portée de mains, ils peuvent disparaitre en même temps que votre ordinateur. Évitez donc de les ranger ensemble, par prudence.
D’autre part, le marché propose désormais des clés de stockage assez puissantes pour sauvegar217702cefeb144e7e0e784949bbf8der vos photos. Les clés ont l’avantage de ne pas avoir de composantes mécaniques et sont souvent offertes à rabais. Il y a aussi les cartes mémoires, mais a mon avis elles sont encore trop coûteuses pour servir de sauvegarde.
Et finalement, vous pouvez sauvegarder dans un Cloud. Peu importe l’ordinateur sur lequel vous travaillez et où que vous soyez, vous aurez rapidement accès à vos photos. Vous n’avez rien à apporter, ni rien à ranger. Pas d’achat de matériel, mais des frais mensuel d’utilisation du nuage selon la grosseur de vos fichiers. Avec cette solution, les risques de bris ou de vol d’équipement sont nuls. Par contre, même si le risque est minime, certains utilisateurs craignent le piratage. Il faut choisir ses maux!sans-titre-11fe87
Dès qu’il s’agit de technologie, rien n’est pas parfait. Faites quand même une copie, voire deux sur des supports externes. Un ordinateur qui plante, ça fait un gros trou dans votre histoire. Gardez une copie à proximité et l’autre dans un endroit sûr chez un parent ou un ami par exemple. N’oubliez pas de garder vos copies à jour!
Vous aimez mettre vos photos en ligne, question de partager votre bonheur et votre talent? Un conseil : utilisez les meilleures photos afin de vous faire connaître, mais ne publiez pas celles qui pourraient servir à des fins commerciales, pour un livre, un calendrier ou un projet collectif.
Il est aussi recommandé de recadrer vos photos avant de les mettre en lignes, de cette façon vous serez en mesure de démontrer qu’elles vous appartiennent. Signez vos œuvres, elles le méritent et surtout faites des sauvegardes! Faites des sauvegardes…faites des sauvegarde

Advertisements

La photomacrographie à moindre coût Bonnettes

Nous avons traité dans les articles précédents de la photomacrographie en général et de l’équipement approprié pour en profiter pleinement. Dans les articles suivants, j’aborderai différentes alternatives. Si on comprend qu’un bon objectif macro coûte rarement moins de 1000 $. Le matériel usagé est une façon de réduire le coût d’acquisition. Mais sachez qu’il existe des solutions de remplacement à moindre frais vous permettant de faire de la « macro » avec vos objectifs actuels voire même de vieux objectifs. Que ce soit parce que votre budget est limité, ou parce que vous possédez déjà de bons objectifs multiusages, et qu’investir de nouveau ne vous branche pas, voici des alternatives afin d’explorer la photomacrographie. À vous de choisir ce qui vous plait le plus!
BONNETTES : Ce sont des lentilles (close-up lens) supplémentaires qui se vissent sur le devant de l’objectif. Elles agissent comme une loupe. Il existe des modèles simples avec une seule lentille et plus complexes, que l’on nomme bonnettes achromatiques, qui sont composées de deux lentilles avec ou sans traitement multicouches. Tous ces facteurs influencent la qualité et le prix.
Avantages :
– Pas de perte de luminosité.
– Bonne qualité optique avec une bonnette achromatique.
– Possibilité de continuer d’utiliser la mise au point automatique.
Inconvénients :
– Plus cher dans le cas d’une bonnette achromatique.
– Perte de qualité optique avec une bonnette simple.
– Rapport de grossissement moindre.


Voilà! Chaque alternative suppose certaines contraintes, mais pour s’amuser et explorer les possibilités de la photomacrographie ce sont des trucs abordables.

La photomacrographie à moindre coût Soufflet

Nous avons traité dans les articles précédents de la photomacrographie en général et de l’équipement approprié pour en profiter pleinement. Dans les articles suivants, j’aborderai différentes alternatives. Si on comprend qu’un bon objectif macro coûte rarement moins de 1000 $. Le matériel usagé est une façon de réduire le coût d’acquisition.  Mais sachez qu’il existe des solutions de remplacement à moindre frais vous permettant de faire de la « macro » avec vos objectifs actuels voire même de vieux objectifs. Que ce soit parce que votre budget est limité, ou parce que vous possédez déjà de bons objectifs multiusages, et qu’investir de nouveau ne vous branche pas, voici des alternatives  afin d’explorer la photomacrographie.  À vous de choisir ce qui vous plait le plus!

 

soufflet-automatique-pour-canon-eos

SOUFFLET : Un peu sur le même principe que les tubes allonges, le soufflet (bellows) est fixé sur l’appareil photo afin de modifier la distance entre le capteur du boîtier et l’objectif. Ce principe était utiliser sur les anciens appareil photo pour faire la mise au point. Dans notre cas le soufflet permet de faire des photos macros avec un objectif normal. Le soufflet s’installe comme la  bague allonge entre le boitier et l’objectif. Pour pouvoir utiliser confortablement la vis d’ajustement de la distance au sujet, il faut utiliser un trépied puisque le moindre mouvement produit une grande différence sur la mise au point. Une fois en place, il suffit de tourner les boutons d’ajustement qui déplacent les différentes pièces mobiles du soufflet, ce qui permet de changer la position de l’appareil ou de l’objectif selon vos besoins.

Avantages :

–        Plus grande souplesse d’ajustement que le tube allonge, en pouvant avancer ou reculer le soufflet.

Inconvénients :

–        Faible profondeur de champ.

–        Plus dispendieux que les autres solutions, mais quand même moins qu’un objectif macro.

–        Faible luminosité.

–        Besoin de s’approcher du sujet.

IMG_6238

Ne manquez pas le prochain article sur les Bonnettes

Macrophoto versus fonction Macro

IMG_3679Vous avez sans doute vu de jolies photos macro où on voit de très près les yeux d’une mouche,  un flocon de neige, les pistils d’une fleur etc.  Pour réaliser ce type de photomacrographie,  vous devez avoir une lentille spécialisée dite macro.  De nombreux objectifs standards présentent une fonction macro avec un chiffre vous indiquant  simplement la plus petite distance dont vous pouvez  approcher du sujet. Ce n’est pas négligeable puisque cette fonction vous permet sans faire de la véritable macro, de réaliser  des plans rapprochés ou ce qu’on appelle de la proxiphotographie.

Sans trop se perdre dans les détails disons que pour être considéré comme une photomacrographie, il faut que le rapport entre le sujet et sa taille sur le capteur de votre appareil photo soit situé entre 1 :1 ou 10 :1.  Un rapport 1 :1  veut dire que si le sujet fait 1cm, l’image enregistrée sur votre capteur fera également 1cm.  Si on parle d’un rapport 10 :1 le sujet de 1cm fera 10 cm sur le capteur. Au-delà d’un rapport de 10 :1 on parle de photomicrographie, utilisée principalement dans le domaine médical. En deçà d’un rapport 1 :1 on entre dans la proxiphotographie.

Ce qu’il faut donc comprendre de l’indication macro sur un zoom standard c’est que  la fonction permet un certain rapprochement du sujet. Rapidement vous constaterez que plus vous essayez de zoomer plus vous devez vous éloigner pour conserver la netteté de votre image. Vous réussirez sans doute à faire de la proxiphotographie, mais jamais de la macro avec ce type d’objectif.  Sur les zooms standards on atteint vite les limites de la fonction macro. Il ne faut pas confondre la fonction macro sur le zoom standard avec le zoom conçu spécifiquement pour la photomacrographie. Pour aller plus loin dans le plus près, il faut passer aux objectifs spécialisés.

Je parcours souvent le web à la recherche de bons achats et  je vois parfois les gens mettre en évidence cette fonction macro, qui pourrait laisser entendre à un néophyte qu’il achète un véritable objectif macro. Détrompez-vous! Les objectifs dédiés à la macro photographie sont clairement décrits sur le site des fabricants. Si  vous recherchez un zoom spécialisé, une petite visite sur le web ou chez votre fournisseur est fortement recommandée. Si vous n’êtes pas à la recherche d’un objectif macro, et bien maintenant vous savez ce que veut dire la fonction macro sur votre objectif standard!

 

 

Kit de Gouttes d’eau Miops

waterdropkitPremier essai de mes outils Miops. L’utilisation de la valve d’eau se fait assez facilement. Il a été livré avec sa pile (AA). Après avoir téléchargé l’application, j’ai commencé à utiliser la valve. IMG_1067

Il existe deux applications le MIOPS mobile et MIOPS Smart. Pour la valve l’application Miops mobile est celle à utiliser. Il faut d’abord brancher la valve en mode Bluetooth. Ne vous fiez pas aux réglages de votre téléphone, car il peut très bien être branché bluetooth et ne pas fonctionner. Pour valider le fonctionnement de l’application, la lumière rouge de la valve doit clignoter. Quand le branchement est fait, vous pouvez facilement contrôler la grosseur de la goutte et pour les gouttes suivantes (jusqu’à 4), vous pouvez aussi choisir le délai entre chacune.

Mes premiers essais ont été faits en mode MANUEL sur mon appareil photo, cela limite à 2 gouttes sinon il faut utiliser le mode BULB et cela demande un peu plus de pratique. J’ai utilisé également le déclencheur avec le mode laser.
J’ai rapidement été capable de faire de jolies couronnes. L’utilisation de lait et de colorant donne de meilleurs résultats.

 

Premier constat, j’ai utilisé une toile noire avec une vitre dessus, toutefois avec le flash extérieur on voit trop la trame de la toile. Je vais donc faire des essais avec un autre plateau et en déportant mon flash également. Pour ce qui est des piliers c’est réussi, mais j’aurai besoin d’un peu de pratique pour faire une couronne sur le dessus de ceux-ci. J’ai également utilisé différents objets avec le laser : craies, cubes de sucres. Amusant! Avec beaucoup de patience on peut aussi réaliser des photos avec différentes grosseurs de gouttes. Il faut ajuster un peu le délai pour arriver au bon résultat parce que trop tôt, on voit la goutte en suspension, et trop tard on voit juste une vague. Je continue mon exploration et vous ferai part de mes commentaires dans une autre chronique.

 

Trigger Miops (déclencheur)

Peut être avez-vous déjà vu des images fantastiques d’éclaires de foudre, de gouttes d’eau figées ou des ballons qui éclatent. Des poses lentes spectaculaires. Il est toujours possible d’y arriver sans aide avec sa caméra, mais ça risque de demander beaucoup de patience et de chance. Voilà où entre en jeu le «déclencheur ». Le déclencheur ou trigger, est comme un petit ordinateur qui programme différentes actions et déclenche l’appareil photo par le biais d’un son,  d’une source de lumière vive ou d’un rayon laser. Vous pouvez aussi ajouter une valve goutte d’eau, c’est-à-dire un tube avec une valve qui déclenche la caméra pour figer le mouvement de la goutte d’eau.

Après avoir regardé un peu ce qui se fait sur le marché, j’ai opté pour le déclencheur Miops Smart et la valve Miops Splash. Mon choix de déclencheur est principalement basé le fait que le Miops est doté d’un écran et qu’il peut donc être utilisé de façon autonome.  De plus, la valve d’eau Miops me semblait mieux conçue que celle de son concurrent, dont le boitier n’est pas couvert.

Il faut savoir que Miops vend également un déclencheur mobile et un Dongle, le déclencheur mobile possède les mêmes fonctions que le Miops Smart mais sans écran et qu’il faut utiliser un téléphone intelligent pour le contrôler. L’application peut être téléchargée gratuitement sur Apple ou Androïd. Le Dongle fonctionne également avec le téléphone mais les fonctions sont plus limitées, ce qui explique la différence de coûts entre le Dongle et le Smart. Vos choix d’outils se feront selon votre budget ou  vos besoins.

Pour ma part, je travaille avec le déclencheur Miops Smart. Il me permet une grande autonomie pour photographier des orages,  faire des Timelaps et des filés d’étoiles.  J’ai ajouté à cela la valve d’eau pour faire de jolis splash.

Premier constat, le fil torsadé audio de couleur orange de 2.5mm qui permet de brancher le déclencheur  Miops Smart à l’appareil photo est trop court, particulièrement si vous  l’utilisez  indépendamment de l’appareil photo (fonction laser par exemple). Un fil plus long est de mise. La pile présente une bonne durée d’utilisation avant d’être rechargée (fil noir, prise USB fourni). Par contre, pour changer la pile de la valve d’eau  on doit retirer 4 vis à l’arrière… un couvercle facile à retirer aurait été plus approprié. Avec le déclencheur Miops Smart un fil pour le flash est également fourni. L’utilisation du Trigger demande un peu de pratique, mais on arrive vite à de bons résultats. Sur le site de Miops et sur YouTube vous trouverez facilement des tutoriels et surtout des idées pour nourrir votre créativité. Ce sont des outils vraiment fascinants!

Objectif lumineux

 

IMG_4872

Le terme objectif lumineux ceux à partir de f/4, ou ultra lumineux à partir de f/2 correspond à des objectifs possédant de grande ouverture. Ce sera souvent des objectifs à focales fixes, toutefois certains objectifs à focale variables haut de gamme présenteront une ouverture fixe (non glissante) comme, par exemple, la canon 70-200 f/2.8L IS II USM. Certains objectifs auront deux chiffres c’est-à-dire que l’ouverture est glissante, exemple f/4-5.6 qui représentent toujours la plus grande ouverture possible qui diffère selon qu’on soit au zoom minimum ou maximum. Les objectifs lumineux sont évidemment plus dispendieux et plus lourds. Dans un monde idéal, tous vos objectifs auraient f/1.2 ou f/1.4 bons si vous gagnez à la lotto, pas de soucis. Sinon, pourquoi ne pas commencer avec l’incontournable 50mm cet objectif est peu dispendieux et à mon avis tous photographes devraient en avoir un a f/1.8 se détail environ 150 $. Pour ce qui est de ƒ/1.4 ou ƒ/1.2 on parle de plus de 500 $ pour l’un voir plus de 1500 $ pour l’autre. Peut-être serait-il mieux d’investir dans un autre type de lentille rendu là.

Une lentille lumineuse outre vous permettre de photographier en condition de basse lumière, voir en intérieur elle vous permettra également d’avoir de beaux arrière-plans dus à sa faible profondeur de champ. Alors que ce soit pour photographier un animal dans une forêt sombre ou des musiciens en salle ou pour avoir des sujets qui se détachent bien avec un arrière-plan flou et soyeux un objectif lumineux est idéal.

72839-canon-LL-P3-720x256-en