High Key

Dans la série des clairs obscurs j’ai précédemment parlé du low Key voyons ce qu’est le high Key est une technique photographique jouant sur deux tons d’une image : le clair et le foncé. Le high Key se distingue par une prédomination des valeurs claires, que l’on obtient grâce à une légère surexposition de l’image. La lumière sur l’ensemble de l’image, les teintes du sujet et du décor jouent également un rôle important pour ces deux techniques. Le high Key est un effet photographique qui utilise la lumière afin de surexposer volontairement un cliché. On obtient alors un rendu qui dégage une tonalité claire et douce.

Un bon sujet de photographie high Key ne doit pas contenir de zone sombre trop importante, seulement quelques détails qui vont suggérer un peu de relief. Ce type de photographie donne une impression de pureté, de légèreté, et de joie. On l’emploie le plus souvent pour les photos de modèles ou de fleurs.

L’effet high Key peut aussi constituer un bon moyen pour récupérer des photos mal exposées en accentuant la surexposition. Mais attention, une photo high Key contient principalement des tons moyens clairs et des hautes lumières. Il ne s’agit pas uniquement d’une image surexposée, elle ne doit pas être brûlée (entièrement blanche et sans détails).

IMG_9323

 

Advertisements

Low key

 

Le low key est une technique photographique jouant sur deux tons d’une image : le clair et le foncé. Le low key s’obtient par une sous-exposition, ayant pour conséquence une plus forte présence des tons foncés. La lumière sur l’ensemble de l’image, les teintes du sujet et du décor jouent également un rôle important pour ces deux techniques.
Le low key peut aussi constituer un bon moyen pour récupérer des photos mal exposées en accentuant la sous-exposition. Mais attention, une photo « low-key » contient essentiellement des tons moyens, du noir, et des basses lumières. Il ne s’agit pas uniquement d’une image sous-exposée, et elle ne doit pas être bouchée (entièrement noire et sans détails).ñn
L’effet low key exploite les zones sombres en les incorporant à la composition de l’image. Un bon sujet pour réaliser ce genre d’effet doit posséder une dominante sombre. Cette méthode confère un aspect dramatique et une ambiance mystérieuse à la photographie. On l’emploie souvent dans un contexte de luxe, de nature morte, ou de portrait.

 

Bokeh

IMG_4872Sans doute avez-vous entendu ou lu des commentaires qui disaient d’une photo qu’elle avait un beau bokeh. Peut-être avez-vous deviné qu’on parlait ici du fond de la photo… ou peut-être pas. Bref qu’est-ce que c’est exactement le bokeh? Premièrement, il faut savoir que le mot vient du terme japonnais boke (prononcé boké) ou bokashi qui décrit la gradation de couleurs dans la gravure sur bois ou plus simplement le flou. On va parler ici du flou d’arrière-plan.
Mais pas n’importe quel flou on tend a avoir un beau flou composer de tache bien ronde (ou parfois même avec des motifs fantaisistes comme des cœurs ou des étoiles qui nécessite des objectifs spéciaux). Idéalement, il vous faudra un objectif lumineux avec un diaphragme à lame arrondie possédant un grand nombre de lamelles. Ça, c’est dans le meilleur des mondes. En attendant pourquoi ne pas vous pratiquer avec les objectifs que vous avez sous la main, choisissez la plus grande ouverture (on se souvient plus petit chiffre) possible sur votre caméra pour avoir une faible profondeur de champ, pour ce faire vous pouvez utiliser le mode semi-automatique priorité à l’ouverture. Ensuite, choisissez un sujet qui se découpe de l’arrière plan et augmenter la distance, essayer de vous approchez du sujet et ajuster les autres paramètres c’est-à-dire vitesse et ISO. On comprendra que le fait d’avoir un flou d’arrière-plan permet de focaliser sur le sujet et peut également rendre plus esthétique un arrière-plan plutôt moche. Sur ce, amusez-vous.

IMG_6775

The Golden hour

img_7201

L’heure dorée fait partie des moments magiques pour faire de merveilleux clichés. L’heure dorée prend naissance juste avant le coucher du soleil ou juste après son levé. Le terme « heure » dorée est utilisé de façon figurative. En effet, ce moment peut durer que quelques minutes. Le temps est défini selon les saisons et la latitude. En effet, c’est la hauteur du soleil et le temps que celui-ci prend à se déplacer vers l’horizon, ou vice-versa selon que l’on soit le soir ou le matin, qui définira les nombres de minutes à votre disposition.

Comme son nom l’indique à ce moment-là le ciel prend une teinte qui s’approche de la couleur dorée, les teintes de rose, mauve ou oranger colorent l’environnement qui bénéficie à l’esthétique de vos clichés. Vaut mieux avoir eu une journée ensoleillée, toutefois, il arrive qu’à la fin ou au début d’une journée qui s’annonce grisâtre que le ciel s’illumine par magie.

Pourquoi dit-on que l’heure dorée fait partie des moments magiques, tout simplement parce que la lumière plus douce et les couleurs chaudes ajoutent de l’ambiance aux photos? Les ombres sont également plus longues donc moins dures et se détache bien de votre sujet. C’est le moment idéal pour prendre des clichés en contre-jour. Le ciel de feu avec ses nuages colorés fera d’excellentes photos de paysage. Pour avoir de beaux clichés, il est préférable d’avoir au préalable choisi son point de vue. Car, souvenez-vous même si on dit l’heure dorée, le moment idéal, peut durer à peine quelques minutes. Même si dans les faits les conditions d’éclairage parfaites n’existent pas et que le choix réside dans le type de photo que vous voulez faire. De façon générale, on s’accorde pour dire que l’heure dorée est parfaite pour les paysages et le portrait.

Ce site indique le meilleur moment pour prendre vos photos durant l’heure dorée, the golden hour calculator.

http://www.golden-hour.com

img_7230

 

Photographier par temps froid

ferme-champ

Il est possible de photographier en dehors de la période estivale. Chacune des saisons apporte sa magie à vos clichés. Toutefois il faut savoir qu’avec la saison froide quelques précautions sont nécessaires. Une des premières précautions consiste à éviter la condensation lorsqu’on passe du froid extérieur au chaud intérieur. La condensation est néfaste à vos objectifs, mais aussi pour les fragiles composantes électroniques. Ce qui est possible de faire c’est glisser votre caméra à l’intérieur d’un sac hermétique du type zip lock, j’en ai toujours un dans mon sac photo il peut également protégé de la pluie le reste du temps. Utiliser des sachets de gel de silice à l’intérieur de votre sac photo et y glisser votre caméra. Prenez soin de changer vos sachets régulièrement. Il est possible d’enlever l’humidité accumulée dans vos sachets en les faisant sécher au four à bas degré. Dans la voiture, éviter d’avoir le chauffage à fond. Il existe également des housses étanches l’avantage c’est qu’ils peuvent être utilisé tant pour protéger de la pluie que de la neige. Il existe également des housses de type duvet qui protège en partie du froid le boitier et la lentille. Elles offrent l’avantage de protéger également vos mains. Ce qu’il faut savoir également c’est qu’au froid vos batteries auront tendance à se décharger plus rapidement donc avoir une pile de rechange ne sera pas un luxe. Si vous utilisez un trépied et que celui-ci n’est pas muni d’un grip caoutchouté, il est possible de recouvrir le vôtre. Vous pouvez utiliser des mousses isolantes pour les tuyaux, cela protègera votre trépied, mais surtout vos mains. La compagnie Lowepro vend des gants qui permettent de libérer le pouce et l’index pour faire de la photo en hiver. Pour ma part, j’utilise une mitaine de chasse qui m’offre le même avantage, mais qui est plus chaude. Si vous avez une housse de type duvet, il est même possible de mettre des chauffes mains à l’intérieur. Avec quelques précautions et à peu de prix il est possible de continuer à nourrir votre passion.

Décrocher la lune

Suite à une photo d’un paysage avec la super lune en arrière-plan que j’ai publiée, j’ai eu plusieurs demandes pour savoir comment faire. D’abord la façon d’avoir un paysage et lune et de photographier durant ce qu’on appelle  l’heure bleue. Cependant, il est possible durant la nuit de photographier la lune avec un paysage en avant plan. Toutefois, cela peut être difficile à cause d’une vaste plage dynamique. Mais je vais vous donner un secret pour réussir. Il faut savoir que si vous utilise une longue exposition la silhouette sera correctement exposée tandis que la lune sera surexposée. Au contraire si votre temps d’exposition est moins long, la lune sera correctement exposée, toutefois la silhouette sera sous-exposée et se confondra avec le noir du ciel. Il existe des techniques de balayage avec le flash ou une source de lumière externe comme une lampe de poche. Toutefois, une méthode que je favorise et qui est plus simple et ne nécessite ni flash ni lumière externe. Il s’agit tout simplement d’utiliser votre trépied et de prendre deux photos à la suite. Une première ou la lune est correctement exposée et une seconde ou elle sera surexposée ou la silhouette sera apparente. Par la suite, en post traitement, c’est-à-dire à la maison avec un logiciel approprié, vous pourrez fusionner les deux photos très facilement. Pas besoin d’avoir de logiciel dispendieux pour ce faire, ni même un super ordinateur. Si vous utilisez une tablette, il existe des applications gratuites telles Photoshop Mix d’Adobe, Photo Fusion, SketchBook, Filterstorn Neue. Pixlr etc. pour ma part, j’utilise Photoshop Mix qui fait très bien le travail. Vous aller devoir vous familiariser avec le logiciel. Mais il est assez facile d’y arriver. Il s’agit d’exporter les deux photos, d’utiliser en avant plan la photo avec la silhouette visible et la lune surexposée, réduire l’opacité pour vous aider a bien aligné les lunes. Par la suite, effacé à l’aide de l’outil la lune qui est surexposée pour laisser apparaitre la lune qui est correctement exposée. Voilà le tour est joué.

 

Photographier autrement

La photographie est loin d’être réservée aux gens jeunes, en bonne santé, ayant toutes leurs dents.  Joao Maia, photographe des jeux de Rio, Tara Miler photographe professionnelle sont  tous  deux aveugles. Christian Rocher est paraplégique. Damien est blessé de guerre.  Eux et tous ces gens à mobilité réduite, croisés au fil de mes balades,  m’ont inspiré  cet article. Faire de la photographie apporte un bien-être instantané. La chasse aux images nous fait sortir de chez soi et oublier les soucis quotidiens. Dehors, on peut focaliser sur le moment présent et être en communion avec l’environnement et son sujet. Faire de la photographie permet également d’avoir un regard différent sur le monde, de changer ses perceptions et d’explorer de nouvelles perspectives. Ces moments d’arrêt, qui sont si rares de nos jours, permettent de réduire le stress. Outre le bien-être ressenti, faire de la photo aiguise son sens artistique et créatif. Votre œil  créatif s’affine et de cette quête émerge l’envie de découvrir de nouveaux horizons et de faire les choses différemment. Que ce soit dans un processus de rétablissement ou tout simplement pour sortir du cycle de la douleur physique ou psychique, la découverte photographique aura un impact des plus positifs sur vous. Lors de vos pérégrinations vous rencontrerez des gens qui partagent la même passion et cela contribuera à réduire l’isolement qui s’installe quand on est moins actif socialement.  La photo ? Que du bon et souvent que du beau !

img_7238

Joao Maia : http://www.lapresse.ca/le-soleil/sports/dossiers/les-jeux-de-rio/201609/10/01-5019091-le-photographe-aveugle-des-jeux-paralympiques.php

Tara Miller : http://ici.radio-canada.ca/tele/Second-regard/2016-2017/segments/reportage/10036/photographe-aveugle-tara-miller

Christian Rocher : http://rocher-photographe.com/rocher.php

Damien : http://www.parismatch.com/Culture/Art/Damien-Blesse-de-guerre-et-photographe-1104779