La photomacrographie à moindre coût Bonnettes

Nous avons traité dans les articles précédents de la photomacrographie en général et de l’équipement approprié pour en profiter pleinement. Dans les articles suivants, j’aborderai différentes alternatives. Si on comprend qu’un bon objectif macro coûte rarement moins de 1000 $. Le matériel usagé est une façon de réduire le coût d’acquisition. Mais sachez qu’il existe des solutions de remplacement à moindre frais vous permettant de faire de la « macro » avec vos objectifs actuels voire même de vieux objectifs. Que ce soit parce que votre budget est limité, ou parce que vous possédez déjà de bons objectifs multiusages, et qu’investir de nouveau ne vous branche pas, voici des alternatives afin d’explorer la photomacrographie. À vous de choisir ce qui vous plait le plus!
BONNETTES : Ce sont des lentilles (close-up lens) supplémentaires qui se vissent sur le devant de l’objectif. Elles agissent comme une loupe. Il existe des modèles simples avec une seule lentille et plus complexes, que l’on nomme bonnettes achromatiques, qui sont composées de deux lentilles avec ou sans traitement multicouches. Tous ces facteurs influencent la qualité et le prix.
Avantages :
– Pas de perte de luminosité.
– Bonne qualité optique avec une bonnette achromatique.
– Possibilité de continuer d’utiliser la mise au point automatique.
Inconvénients :
– Plus cher dans le cas d’une bonnette achromatique.
– Perte de qualité optique avec une bonnette simple.
– Rapport de grossissement moindre.


Voilà! Chaque alternative suppose certaines contraintes, mais pour s’amuser et explorer les possibilités de la photomacrographie ce sont des trucs abordables.

Advertisements

La photomacrographie à moindre coût Soufflet

Nous avons traité dans les articles précédents de la photomacrographie en général et de l’équipement approprié pour en profiter pleinement. Dans les articles suivants, j’aborderai différentes alternatives. Si on comprend qu’un bon objectif macro coûte rarement moins de 1000 $. Le matériel usagé est une façon de réduire le coût d’acquisition.  Mais sachez qu’il existe des solutions de remplacement à moindre frais vous permettant de faire de la « macro » avec vos objectifs actuels voire même de vieux objectifs. Que ce soit parce que votre budget est limité, ou parce que vous possédez déjà de bons objectifs multiusages, et qu’investir de nouveau ne vous branche pas, voici des alternatives  afin d’explorer la photomacrographie.  À vous de choisir ce qui vous plait le plus!

 

soufflet-automatique-pour-canon-eos

SOUFFLET : Un peu sur le même principe que les tubes allonges, le soufflet (bellows) est fixé sur l’appareil photo afin de modifier la distance entre le capteur du boîtier et l’objectif. Ce principe était utiliser sur les anciens appareil photo pour faire la mise au point. Dans notre cas le soufflet permet de faire des photos macros avec un objectif normal. Le soufflet s’installe comme la  bague allonge entre le boitier et l’objectif. Pour pouvoir utiliser confortablement la vis d’ajustement de la distance au sujet, il faut utiliser un trépied puisque le moindre mouvement produit une grande différence sur la mise au point. Une fois en place, il suffit de tourner les boutons d’ajustement qui déplacent les différentes pièces mobiles du soufflet, ce qui permet de changer la position de l’appareil ou de l’objectif selon vos besoins.

Avantages :

–        Plus grande souplesse d’ajustement que le tube allonge, en pouvant avancer ou reculer le soufflet.

Inconvénients :

–        Faible profondeur de champ.

–        Plus dispendieux que les autres solutions, mais quand même moins qu’un objectif macro.

–        Faible luminosité.

–        Besoin de s’approcher du sujet.

IMG_6238

Ne manquez pas le prochain article sur les Bonnettes

Comment faire de la photomacrographie

IMG_3653-2

Pour faire de la véritable photo macro il vous faut  un objectif spécifiquement conçu pour la photomacrographie. Ces objectifs vous permettent un rapport 1 :1 jusqu’à 10 :1 vous verrez également la mention y =1 ou y=10. Ces objectifs rendent possible la mise au point à une très courte distance.

 

tableau macro

Les objectifs ont une longueur focale fixe qui peut varier entre 35 mm et 200 mm. Plus la longueur focale est grande plus vous pouvez vous éloigner du sujet. L’objectif sera toutefois plus lourd. Si vos sujets sont principalement les insectes, le fait de pouvoir vous placer plus loin est un net avantage. Les mouches sont farouches après tout! Dans ce cas précis la réduction de vibration, ou la stabilisation, n’est pas nécessaire.

 

Bon gré, malgré, surtout si votre longueur focale est grande, vous réaliserez que  faire de la macro a mains levées a des limites.

Le trépied permet de stabiliser votre appareil et d’utiliser des vitesses moindres. 1/250 ou moins. Pour cela, vous devrez diminuer votre ouverture, le chiffre représenté  par le ƒ : 29. C’est là que pour éviter une trop grande montée des ISO vous aurez besoin d’un éclairage d’appoint.

L’utilisation du flash, même par une belle journée ensoleillée, augmentera la luminosité et pourra aussi compenser le manque de lumière en zone ombragée. Un flash annulaire avec sa lumière plus douce est idéal, mais un flash cobra muni d’un diffuseur peut très bien convenir.

L’utilisation d’un rail de mise au point macro de 2 ou 4 directions  permet de déplacer au millimètre près et tout en douceur votre appareil d’avant vers l’arrière et/ou de gauche à droite. Bien sûr, avec un peu de patience vous pouvez arriver au même résultat en déplaçant simplement votre trépied. C’est souvent ardu sur le  terrain naturel puisque le sol est rarement stable et nivelé. Le rail est mieux adapté.  Il n’est pas indispensable mais vous y trouverez rapidement son utilité.

Maintenant, pourquoi la plupart des objectifs macro présentent-ils une grande ouverture, ƒ : 2.8 par exemple, et un stabilisateur?  Vous pouvez utiliser une  ouverture plus grande pour avoir un arrière-plan flouté toutefois la mise au point devient assez difficile pour une image nette du sujet parce que la distance entre celui-ci et l’arrière-plan est infime. Avec un rail, le mouvement est plus fluide et stable.

L’objectif macro peut aussi servir à autre chose que la photo macro. Personnellement, j’utilise un objectif canon macro 100mm. J’ai un modèle avec stabilisateur, plus versatile, qui rend le portrait super intéressant. À vous de choisir!

IMG_3771Exemple d’objectifs macro :

Canon : EF-S 35mm f/2,8 Macro IS STM, EF-S 60mm f/2.8 Macro USM, EF 100mm f/2.8l Macro IS USM, EF 100mm f/2.8l Macro USM, EF 180mm f/3.5L Macro USM, 

65mm macro f/2.8 MP-E, grossissement jusqu’à 5X, uniquement manuel, usage possible uniquement pour la photomacrographie.

Nikon : 40mm f/2.8 AF-S DX G Micro Nikkor, AF Micro-Nikkor 60mm f/2.8D, AF-S Micro-Nikkor 60mm f/2.8G ED , AF-S DX Micro-Nikkor 85mm f/3.5G ED VR, AF-S VR Micro-Nikkor 105mm f/2.8G IF-ED

Tamron : 90mm f/2.8 Di Macro

Sigma : Sigma 105mm f/2.8 Macro DG EX OS HSM

Macrophoto versus fonction Macro

IMG_3679Vous avez sans doute vu de jolies photos macro où on voit de très près les yeux d’une mouche,  un flocon de neige, les pistils d’une fleur etc.  Pour réaliser ce type de photomacrographie,  vous devez avoir une lentille spécialisée dite macro.  De nombreux objectifs standards présentent une fonction macro avec un chiffre vous indiquant  simplement la plus petite distance dont vous pouvez  approcher du sujet. Ce n’est pas négligeable puisque cette fonction vous permet sans faire de la véritable macro, de réaliser  des plans rapprochés ou ce qu’on appelle de la proxiphotographie.

Sans trop se perdre dans les détails disons que pour être considéré comme une photomacrographie, il faut que le rapport entre le sujet et sa taille sur le capteur de votre appareil photo soit situé entre 1 :1 ou 10 :1.  Un rapport 1 :1  veut dire que si le sujet fait 1cm, l’image enregistrée sur votre capteur fera également 1cm.  Si on parle d’un rapport 10 :1 le sujet de 1cm fera 10 cm sur le capteur. Au-delà d’un rapport de 10 :1 on parle de photomicrographie, utilisée principalement dans le domaine médical. En deçà d’un rapport 1 :1 on entre dans la proxiphotographie.

Ce qu’il faut donc comprendre de l’indication macro sur un zoom standard c’est que  la fonction permet un certain rapprochement du sujet. Rapidement vous constaterez que plus vous essayez de zoomer plus vous devez vous éloigner pour conserver la netteté de votre image. Vous réussirez sans doute à faire de la proxiphotographie, mais jamais de la macro avec ce type d’objectif.  Sur les zooms standards on atteint vite les limites de la fonction macro. Il ne faut pas confondre la fonction macro sur le zoom standard avec le zoom conçu spécifiquement pour la photomacrographie. Pour aller plus loin dans le plus près, il faut passer aux objectifs spécialisés.

Je parcours souvent le web à la recherche de bons achats et  je vois parfois les gens mettre en évidence cette fonction macro, qui pourrait laisser entendre à un néophyte qu’il achète un véritable objectif macro. Détrompez-vous! Les objectifs dédiés à la macro photographie sont clairement décrits sur le site des fabricants. Si  vous recherchez un zoom spécialisé, une petite visite sur le web ou chez votre fournisseur est fortement recommandée. Si vous n’êtes pas à la recherche d’un objectif macro, et bien maintenant vous savez ce que veut dire la fonction macro sur votre objectif standard!

 

 

High Key

Dans la série des clairs obscurs j’ai précédemment parlé du low Key voyons ce qu’est le high Key est une technique photographique jouant sur deux tons d’une image : le clair et le foncé. Le high Key se distingue par une prédomination des valeurs claires, que l’on obtient grâce à une légère surexposition de l’image. La lumière sur l’ensemble de l’image, les teintes du sujet et du décor jouent également un rôle important pour ces deux techniques. Le high Key est un effet photographique qui utilise la lumière afin de surexposer volontairement un cliché. On obtient alors un rendu qui dégage une tonalité claire et douce.

Un bon sujet de photographie high Key ne doit pas contenir de zone sombre trop importante, seulement quelques détails qui vont suggérer un peu de relief. Ce type de photographie donne une impression de pureté, de légèreté, et de joie. On l’emploie le plus souvent pour les photos de modèles ou de fleurs.

L’effet high Key peut aussi constituer un bon moyen pour récupérer des photos mal exposées en accentuant la surexposition. Mais attention, une photo high Key contient principalement des tons moyens clairs et des hautes lumières. Il ne s’agit pas uniquement d’une image surexposée, elle ne doit pas être brûlée (entièrement blanche et sans détails).

IMG_9323

 

Low key

 

Le low key est une technique photographique jouant sur deux tons d’une image : le clair et le foncé. Le low key s’obtient par une sous-exposition, ayant pour conséquence une plus forte présence des tons foncés. La lumière sur l’ensemble de l’image, les teintes du sujet et du décor jouent également un rôle important pour ces deux techniques.
Le low key peut aussi constituer un bon moyen pour récupérer des photos mal exposées en accentuant la sous-exposition. Mais attention, une photo « low-key » contient essentiellement des tons moyens, du noir, et des basses lumières. Il ne s’agit pas uniquement d’une image sous-exposée, et elle ne doit pas être bouchée (entièrement noire et sans détails).ñn
L’effet low key exploite les zones sombres en les incorporant à la composition de l’image. Un bon sujet pour réaliser ce genre d’effet doit posséder une dominante sombre. Cette méthode confère un aspect dramatique et une ambiance mystérieuse à la photographie. On l’emploie souvent dans un contexte de luxe, de nature morte, ou de portrait.

 

Bokeh

IMG_4872Sans doute avez-vous entendu ou lu des commentaires qui disaient d’une photo qu’elle avait un beau bokeh. Peut-être avez-vous deviné qu’on parlait ici du fond de la photo… ou peut-être pas. Bref qu’est-ce que c’est exactement le bokeh? Premièrement, il faut savoir que le mot vient du terme japonnais boke (prononcé boké) ou bokashi qui décrit la gradation de couleurs dans la gravure sur bois ou plus simplement le flou. On va parler ici du flou d’arrière-plan.
Mais pas n’importe quel flou on tend a avoir un beau flou composer de tache bien ronde (ou parfois même avec des motifs fantaisistes comme des cœurs ou des étoiles qui nécessite des objectifs spéciaux). Idéalement, il vous faudra un objectif lumineux avec un diaphragme à lame arrondie possédant un grand nombre de lamelles. Ça, c’est dans le meilleur des mondes. En attendant pourquoi ne pas vous pratiquer avec les objectifs que vous avez sous la main, choisissez la plus grande ouverture (on se souvient plus petit chiffre) possible sur votre caméra pour avoir une faible profondeur de champ, pour ce faire vous pouvez utiliser le mode semi-automatique priorité à l’ouverture. Ensuite, choisissez un sujet qui se découpe de l’arrière plan et augmenter la distance, essayer de vous approchez du sujet et ajuster les autres paramètres c’est-à-dire vitesse et ISO. On comprendra que le fait d’avoir un flou d’arrière-plan permet de focaliser sur le sujet et peut également rendre plus esthétique un arrière-plan plutôt moche. Sur ce, amusez-vous.

IMG_6775