Bokeh

IMG_4872Sans doute avez-vous entendu ou lu des commentaires qui disaient d’une photo qu’elle avait un beau bokeh. Peut-être avez-vous deviné qu’on parlait ici du fond de la photo… ou peut-être pas. Bref qu’est-ce que c’est exactement le bokeh? Premièrement, il faut savoir que le mot vient du terme japonnais boke (prononcé boké) ou bokashi qui décrit la gradation de couleurs dans la gravure sur bois ou plus simplement le flou. On va parler ici du flou d’arrière-plan.
Mais pas n’importe quel flou on tend a avoir un beau flou composer de tache bien ronde (ou parfois même avec des motifs fantaisistes comme des cœurs ou des étoiles qui nécessite des objectifs spéciaux). Idéalement, il vous faudra un objectif lumineux avec un diaphragme à lame arrondie possédant un grand nombre de lamelles. Ça, c’est dans le meilleur des mondes. En attendant pourquoi ne pas vous pratiquer avec les objectifs que vous avez sous la main, choisissez la plus grande ouverture (on se souvient plus petit chiffre) possible sur votre caméra pour avoir une faible profondeur de champ, pour ce faire vous pouvez utiliser le mode semi-automatique priorité à l’ouverture. Ensuite, choisissez un sujet qui se découpe de l’arrière plan et augmenter la distance, essayer de vous approchez du sujet et ajuster les autres paramètres c’est-à-dire vitesse et ISO. On comprendra que le fait d’avoir un flou d’arrière-plan permet de focaliser sur le sujet et peut également rendre plus esthétique un arrière-plan plutôt moche. Sur ce, amusez-vous.

IMG_6775

Objectif lumineux

 

IMG_4872

Le terme objectif lumineux ceux à partir de f/4, ou ultra lumineux à partir de f/2 correspond à des objectifs possédant de grande ouverture. Ce sera souvent des objectifs à focales fixes, toutefois certains objectifs à focale variables haut de gamme présenteront une ouverture fixe (non glissante) comme, par exemple, la canon 70-200 f/2.8L IS II USM. Certains objectifs auront deux chiffres c’est-à-dire que l’ouverture est glissante, exemple f/4-5.6 qui représentent toujours la plus grande ouverture possible qui diffère selon qu’on soit au zoom minimum ou maximum. Les objectifs lumineux sont évidemment plus dispendieux et plus lourds. Dans un monde idéal, tous vos objectifs auraient f/1.2 ou f/1.4 bons si vous gagnez à la lotto, pas de soucis. Sinon, pourquoi ne pas commencer avec l’incontournable 50mm cet objectif est peu dispendieux et à mon avis tous photographes devraient en avoir un a f/1.8 se détail environ 150 $. Pour ce qui est de ƒ/1.4 ou ƒ/1.2 on parle de plus de 500 $ pour l’un voir plus de 1500 $ pour l’autre. Peut-être serait-il mieux d’investir dans un autre type de lentille rendu là.

Une lentille lumineuse outre vous permettre de photographier en condition de basse lumière, voir en intérieur elle vous permettra également d’avoir de beaux arrière-plans dus à sa faible profondeur de champ. Alors que ce soit pour photographier un animal dans une forêt sombre ou des musiciens en salle ou pour avoir des sujets qui se détachent bien avec un arrière-plan flou et soyeux un objectif lumineux est idéal.

72839-canon-LL-P3-720x256-en

 

 

 

 

Flou

En photographie on parle souvent de flou. Pour faire simple il y a le bon flou et le moins bon flou.

Le bon flou c’est ce qu’on appel le flou artistique, j’en parlerai un peu plus longuement dans un autre article, mais d’abord laissez moi vous parler de ce qu’on appel le moins bon flou.

Ça c’est la photo que vous regarder en disant ahhhh nonnnnn! En fait la photo que vous regarder est carrément flou. C’est souvent attribué à ce qu’on appel le flou de bougé ou parfois le flou qui est lié a un manque de piqué de l’objectif (dans les objectifs bas de gamme) ou a une mauvaise mise au point (la zone de mise au point n’est pas correct, rapportez-vous au guide de votre appareil photo pour vous familiarise avec la notion de collimateur et de modes) Attention également à la profondeur de champ.

Le flou de bougé, comme son nom l’indique vous avez bougé, et fait bougé l’appareil photo ça peut être parce que vous avez bougé, quelqu’un vous a donné un coup de coudre peu importe, vous avez clairement bougé il y a des chances que vous vous en rendez compte et reprenez la photo, quand c’est possible évidement.

IMG_2409 600x400

Toutefois, le flou de bougé peut être plus subtile que ça, par exemple si vous n’avez pas sélectionné la bonne vitesse (Je vous ai parlé de vitesse et d’ouverture dans l’article sur le triangle photographique). La photo c’est simplement de la lumière qui traverse l’objectif et frappe le capteur, plus vous réduisez la vitesse plus longtemps le miroir se relève et l’obturateur reste ouvert donc les plus infimes mouvements peuvent avoir un impact sur le rendu de la photo, c’est pour ça qu’il vient un moment où on doit avoir recours a un trépied et utiliser soit une télécommande ou le retardateur pour éviter tout mouvement. Il y a une règle assez facile à retenir, c’est le chiffre de la longueur focal (sur votre objectif) que vous utiliser par exemple si vous utilisez 50mm- 1/50sec, 85mm-1/85sec, 200mm-1/200sec, 600mm-1/600sec. En deçà de ces vitesses il y a de plus en plus de risque de voir apparaître le flou de bougé. Le miroir devant se relever avant la prise de vue, cela provoque une vibration qui peut avoir un impact sur la photo surtout en basse vitesse, certains appareils photo permettent de relever le miroir avant le déclenchement.

Si vous débutez en photographie, surtout si comme moi, vous vous entêter à utiliser le mode manuel, vous aller en rater quelque une, ce n’est pas simple d’apprendre à contrôle les trois paramètres du triangle. Cependant, le mode manuel est une excellente école tant pour apprendre à contrôler ses paramètres, que pour apprendre l’humilité. 

Quelques règles simples à retenir, bien tenir son appareil les coude près du corps, utiliser un trépied ou une surface stable (muret, banc, table, etc.). Modifier ses autres paramètres (ouverture et ISO) pour pouvoir augmenter la vitesse, il existe également des objectifs dit « stabiliser » ils peuvent faire gagner du temps (4 valeurs). Donc on a vu qu’avec un objectif de 200mm l’ouverture ne devait pas être en deçà de 1/200sec, avec un objectif stabiliser vous pourriez descendre à 1/50sec.

Mais, pour compliqué les choses le flou de bougé n’est pas toujours mauvais, vous pouvez avoir décidé volontairement de rendre la photo flou, à ce moment l’a il devient ce qu’on appel le flou artistique.

IMG_2650 600x400

Triangle photographique

En photographie on cherche à avoir une photo correctement exposée (quantité de lumière capter par le capteur de l’appareil photo) c’est-à-dire qu’il n’y a pas eu trop de lumière (surexposé) ou qu’il ne manque pas de lumière (sous-exposé). Pour ce faire, nous devons principalement agir sur trois paramètres, la vitesse (temps d’exposition ou temps de pose), la luminosité et les ISO (la sensibilité)

 

triangle photographique sig

L’ouverture s’exprime sous la forme de f/ (f/2.8 – f/ 32) il est bon de savoir que plus le chiffre est petit plus il y a de la lumière qui entre tandis que plus le chiffre est grand moins il y a de la lumière qui entre, la vitesse s’exprime en seconde (1/15-1/500-1/1500) et les ISO s’exprime en chiffre compris entre 100 à 12800 par exemple, parfois moins et parfois plus sur des appareils professionnels.

Il faut savoir que chaque paramètre est interdépendant, donc chaque fois qu’on modifie un paramètre il faut également ajuster les deux autres pour avoir une photo correctement exposée.

Voici quelques exemples :

Si on veut figer le mouvement de l’eau ou des nuages. Il faut augmenter le temps de pose donc et il faudra réduire les ISO et fermer l’ouverture, car qui dit temps de pose allongé, dit beaucoup de lumière qui entre par l’objectif.

Si on veut prendre une photo dans les bois, il faut ouvrir le plus possible pour permettre à la lumière d’entrée cependant chaque objectif à ses limites quant à la possibilité d’ouvrir. Il faut donc compenser avec les autres paramètres. On peut diminuer la vitesse, mais pas trop pour ne pas avoir ce qu’on appel le flou de bougé, le faut également augmenter les ISO, mais encore là attention à ne pas avoir trop de bruit (pixellisation). Le fabricant indique normalement selon votre appareil la sensibilité maximum avant l’apparition de bruit.

Si on veut prendre un oiseau en vol, il faut avoir une vitesse d’au moins 1/500, même 1/1000 est mieux il faut donc compense en ouvrant plus et en augmentant les ISO.